Le Carême

Publié le par Notre-Dame des Neiges

 

Le carême n'est pas une fête, c'est plutôt un moment qui nous permet de nous préparer à Pâques qui représente la Résurrection de Jésus notre Seigneur. Jésus a vécu 40jours et 40nuits dans le desert. Il a été tenté par Satan mais il a quand même réussi à tenir. Ce que nous, Catholiques, faisons durant ce temps de Carême: nous essayons de se mettre dans la peau de Jésus et nous nous privons de choses superflus. Cela peut-être au niveau de la nourriture mais pas seulement, nous pouvons aussi être aimable les uns avec les autres ou encore sourire et montrer sur notre visage un peu de bonheur. Nous pouvons aussi partager, c'est-à-dire ne pas tout garder pour soi et donner à ceux qui en ont le plus besoin. Et enfin le Carême c'est aussi un temps qu'il faut vivre avec Dieu, se rapprocher plus de lui, c'est-à-dire prier, accorder plus de temps de prière à Dieu. Comme aller plus à l'Eglise par exemple, et pas que les dimanches... accéder aux sacrements aussi.

 

Un Prêtre de ma paroisse a dit un jour:" nous avons 96 quarts d'heures par jour, nous pouvons bien en offrir au moins un au Bon Dieu!"

 

Et c'est tout à fait vrai! Le Seigneur mérite qu'on l'aime et qu'on s'occupe un peu de lui. De nos jour, on le met bcp trop de côté. Ce n'est pas digne d'un croyant. Je veux bien croire que de nos jours, on a plus le temps de se reposer (on se met même à travailler le Dimanche!) mais on ne travaille pas 24h/24 quand même! Pensons un peu à Dieu car Lui, il ne nous oublie jamais, même pas une seconde. Demandons lui de nous aider à trouver un peu de temps pour la prière.

 

Pendant ce temps de Carême, il faut penser donc aux trois "P": Prière, Partage, Pénitence. ce sont les trois choses si je puis dire auxquelles il faut penser durant ce Carême.  Il ne faut pas prendre ça comme une obligation, mais plutôt comme une purification du Coeur avant les fêtes Pascales. Juste essayer de se mettre dans la peau de Jésus durant quelques jours et comprendre un peu ce qu'il a vécu pour nous.

Enfin j'ajouterais que la Vierge Marie nous a souvent demandé de jeûner pour la conversion des pécheurs. Il ne faut pas prendre ça comme une contrainte mais plutôt comme une joie de participer à la vie de Dieu et aider à sauver des âmes.

 

Bon Carême à tous!!!!

Publié dans maria-83

Commenter cet article

emmanuel 21/03/2007 08:16

- Amène-moi chez toi, petite. Je voudrais voir ton etit frère et aussi papa et maman et voir avec eux si je puis trouver le petit miracle dont vous avez besoin...
Et la petite fille et le grand monsieur partirent doucement, main dans la main...
Le monsieur bien habillé n'était autre que le Dr Carlton Amstrong, le grand chirurgien de la neuro chirurgie  Il opéra André qui rentra à la maison quelques semaines plus tard complètement guéri !
"Cette opération, murmura la maman, est un vrai miracle. Je me demande combien cela aurait pu coûter..."
La petite fille sourit sans rien dire. Elle savait, elle, combien le miracle avait coûté : UN DOLLAR ET ONZE CENTS... Plus, bien sûr la bonté du chirurgien qui a opéré le miracle...
Et l'amour et la foi d'une enfant...
(récit pris dans L'ETOILE NOTRE DAME)

emmanuel 21/03/2007 08:10

Il y avait dans la pharmacie, un monsieur grand et bien habillé, qui écoutait cette étrange conversation. Il se rapprocha de la petite, qui était en train de ramasser ses petites pièces, les larmes aux yeux.
- Pourquoi pleures-tu ma petite ? Qu'est ce qui se passe ?
- Monsieur le pharmacien ne veut pas me vendre un miralce et me dire combien ça coûte... C'est pour mon petit frère André, qui est très malade. Maman a dit qu'il faudrait une opération, mais papa a dit qu'on ne pouvait pas payer ça, ça coute trop cher, et qu'il faudrait un miracle pour le sauver. C'est pour ça que j'ai porté tout ce que j'avais.
- Combien as-tu ?
- Un dollar et onze cents, mais vous savez, elle murmura d'une voix à peine audible, je peux trouver un peu plus...
Le monsieur sourit :
- Bon, tu sais, je ne crois pas que ce soit nécessaire... un dollar et onze cents, c'est exactement le prix du miracle pour ton petit frère !"
Il prit la petite somme dans une main, et dans une autre main, prit doucement la petite main de la fillette :
 

emmanuel 21/03/2007 08:03

"Qu'est ce que tout ça ? Qu'est ce que tu veux ma petite ?
- C'est pour mon petit frère, monsieur le pharmacien. Il est très, très malade et je viens acheter un miracle...
-Que racontes tu ? dit le pharmacien
- Il s'appelle André, et il a un gors bouton qui pousse dans la tête, et papa a dit à maman que c'était fini et qu'il fallait un miracle pour le sauver. Vous savez, je l'aime beucoup ; c'est pour ça que je suis venue : pour acheter un miracle.
Le pharmacien répondit avec un petit sourir attristé :
- Tu sais, ma petite, nous ne vendons pas de miracles ici...
- Mais vous savez, si ce n'est pas assez, je vais essayer de ramasser un peu plus d'argent, ça coûte combien un miralce ?;;; 
 

emmanuel 21/03/2007 07:59

La petite fille dans un coin de la pièce suivait avec intensité cette conversation entre papa et maman...
Elle ne saisissait pas tout car ils parlaient parfois à voix basse, mais elle savait qu'il s'agissait de la vie de son petit frère. Elle avait retenu que SEUL UN MIRACLE POURRAIT LE SAUVER..."
Elle grava ce mot qu'elle ne comprenait pas dans sa petite tête et s'esquiva de la pièce sans faire de bruit. Elle alla dans sa petite chambre, vida les pièces sur son lit et les compta soigneusement : un dollard et onze cents (à peine 1 euros). Elle referma la petite boîte, la mit dans sa poche, et quitta la maison sans faire de bruit. Ellese dirigea vers la pharmacie la plu proche...Lorsque vint son tour, elle s'approcha du comptoir, se hissa sur la pointe des pieds et devant le pharmacien étonné, elle aligna ses petites pièces sur le comptoir...

emmanuel 21/03/2007 07:54

Rentrant un jour épuisé de ces tournées qui se terminaient toujours par un échec, le papa s'affala sur une chaise et dit à sa femme : "Tu sais chérie, je crois que c'est fini. Nous avons tout fait, et nous sommes ruinés... Il y aurait peut-être une opération très chère qui pourrait le sauver. Mais c'est hors de prix et personne n'est prêt à nous avancer de l'argent..."
Et se rapprochant de sa femme, il ajouta, d'une voix marquée par le chagrin et le désespoir : "Oui, c'est fini, tu sais. Seul un MIRACLE pourrait le sauver..."